· 

France 3 interviewe Aide aux Profs le 26 juin 2022


Le 26.06.2022 France 3 a diffusé l'interview de Rémi Boyer Président-Fondateur d'Aide aux Profs dans un dossier de Rachida Bettioui consacré aux démissions et ruptures conventionnelles difficiles des professeurs.

 

Chaque année nous en accompagnons vers ce véritable parcours du combattant pour arriver à quitter leur métier, et parfois la fonction publique.

 

C'est incroyable, mais vrai ! Il est nettement plus facile d'arriver dans le métier le plus beau du monde, que d'être autorisé à la quitter...

 

L'INTERVIEW


Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    christiane Piers (samedi, 13 août 2022 12:02)

    A l'attention de M. Remi Boyer

    J'ai eu l'opportunité de constater certaines des affirmations contenues dans les interviews d'enseignants. J'ai compris à mes propres dépens au cours des 15 dernières années à quel point les pressions qui s'exercent sur nous dès qu'on a mis le doigt sur des problématiques de fonctionnement dont se sont dotés certains établissements depuis leur création. J'ai su me détourner de volontés qui ne devraient rien avoir à faire dans un monde où la mission est l'éducation, pour poursuivre ma voie dans le domaine de la formation en langue anglaise, ce qui donne satisfaction et qui ne me pose pas de problème. Les formateurs collègues et les stagiaires des différents lieux où je m'exprime ont exprimé au cours des dernières années des avis qui me permettent de continuer à travailler aujourd'hui, pour pouvoir compléter une retraite partiellement amputé par un fallacieux "abandon de poste" décrété en l 'académie de Versailles. Je vois aujourd'hui, alors que je n'ai plus rien à voir avec de quelconques établissements scolaire, apparaître de nouveau les comportements auxquels j'ai dû faire face en lycée sur quelques années, avant d'être poussée dehors. Je tenais donc à souligner dans mon message l'importance, au sein des institutions qu'elles soient ministérielles ou académiques, de vérifier, lorsqu'un phénomène de violence a su être constaté envers un enseignant dans le passé, qu'aucune possibilité n'est laissé à quiconque, de continuer un travail de sape y compris dans des lieux où cet enseignant se produit pour son activité professionnelle ou pour ses activités personnelles de loisirs. Je constate aujourd'hui qu'en n'étant plus acteur de l'académie de Versailles on continue à subir çà et là de nouvelles agressions qui restent non ouvertes mais se traduisent par des mesures d'isolement, ou des insultes sur internet, ou des intrusions sur les outils de travail. Je salue les efforts menés par votre association qui semble être efficace, mais force est de constater qu'il n'y a pas à proprement parler de réelle sortie d'un système de contrôle de son activité "a posteriori" si on n'a pas en amont réalisé un travail de recadrage sérieux des acteurs et de tous ces acteurs qui ont participé directement ou non à des actions de sabotage et de spoliation, avec pour effet la mise en arrêt de travail non justifiée, puis la déclaration totalement impossible d'abandon de poste. Je vous remercie de votre écoute.