· 

Anna Chronique, Professeur et illustrateur de BD


Anna Chronique est le pseudo de cette professeur d'Histoire-Géographie qui peu à peu développe ses talents d'illustratrice de BD.

 

Même si ce n'est pas encore une reconversion, cela montre que le métier de professeur peut être l'occasion de cumuler plusieurs activités, intellectuelles, artistiques, sportives, grâce à une bonne gestion de son temps d'enseignement.

 

Interview réalisée par Rémi BOYER pour Aide aux Profs:

 

 

Qu'est-ce qui vous a donné envie d'enseigner et pourquoi l'histoire géographie ?

J’ai toujours aimé l’histoire, et raconter des histoires. Ma mère nous emmenait souvent, mes sœurs et moi quand nous étions enfants visiter des monuments historiques. Après une khâgne hypokhâgne j’ai hésité entre des études de lettres car j’ai toujours aimé lire, des études d’anglais avec l’idée de voyager, et d’histoire géographie car je trouve passionnant de connaître le passé, voir les liens qu’il a avec le présent et ça me tient à cœur de le montrer aux élèves qui croient souvent qu’on exhume des « vieux thèmes qui servent à rien ». 

 

J’ai donc choisi l’enseignement par volonté de transmettre quelque chose, d’être utile à la société, apporter ma pierre à l’édifice en quelque sorte. 

 

Que vous procure votre métier au quotidien ?

Des joies, lorsque les élèves ont un déclic et comprennent certaines choses, lorsque je vois par leurs échanges qu’ils reviennent enrichis de certains cours. Je suis heureuse lorsque j’éveille de la curiosité en eux, un peu comme un jardinier qui voit des graines éclore je suppose. 

 

Des peines lorsqu’il faut sans arrêt veiller au bruit, à la discipline, répéter les mêmes choses, lorsque je croule sous le travail administratif ou quand il faut sans cesse se justifier auprès de parents procéduriers. 

 

Quelles compétences pensez-vous avoir développées dans votre métier, autres que celles d'enseigner ?

L’adaptabilité est une des premières compétences d’un enseignant : lorsqu’on est remplaçant par exemple, on doit sans cesse s’adapter à de nouvelles classes, de nouveaux collègues aux façons de travailler différentes, de nouveaux lieux ayant chacun leur mode de fonctionnement, du matériel plus ou moins fonctionnel avec lequel il faut parfois improviser lorsqu’il plante.

 

Les qualités humaines d’écoute et d’empathie aussi sont très sollicitées car un enseignant est au contact de jeunes personnes en construction, dont les parcours de vie sont parfois compliqués et ne permettent pas un climat d’apprentissage serein. Le lien qu’on arrive (ou pas, dans certains cas) à tisser avec les élèves est souvent sous-estimé dans leur façon d’appréhender la matière que l’on enseigne. 

 

Vous êtes aussi illustratrice de BD : comment vous est venue cette idée ? Comment avez-vous trouvé votre style ?

J’ai en effet sorti ma BD « Ma vie de prof » cette année. C’est une grande source de fierté et de bonheur d’avoir pu mener ce projet à bien et d’avoir des retours positifs de mes lecteurs, dans un métier où, paradoxalement, même si on est très exposé et investi humainement, on n’a que peu de retours. 

J’ai toujours dessiné, mais je n’ai pas osé me lancer dans des études d’art. Ma famille m’a poussée vers des études « sérieuses ». Enfant, j’étais timide et quand je dessinais, je me mettais dans ma bulle ; j’inventais de grandes sagas que j’illustrais. Adolescente et jeune adulte, je racontais mes déboires de vacances dans des BD humoristiques. 

Pour mes 30 ans, mes proches m’ont offert une tablette numérique et je me suis lancée dans un blog BD et facebook. J’ai testé différents styles et me suis attachée à un style semi réaliste humoristique. 

 

Espérez vous en faire votre reconversion ou vous limiter à une activité parallèle tout en restant professeur ?

Mon rêve est bien évidemment d’en vivre mais pour l’instant c’est loin d’être le cas. Selon les ventes de ma BD et d’éventuels futurs contrats, j’aimerais déjà réduire progressivement mon temps d’enseignement. 

 

Quels thèmes aimez-vous traiter par vos dessins ? 

Ma BD aborde avec humour et bienveillance le quotidien de la vie de prof. 

J’ai également beaucoup dessiné pendant le confinement, réagissant à l’actualité ou relatant mon quotidien bouleversé, en tant que maman ou enseignante. 

Je partage aussi des mini BD sur d’autres thématiques plus sociétales, comme les violences au sein des familles, la fin de vie en EHPAD, les règles trop souvent taboues… J’aimerais écrire et illustrer des romans graphiques humanistes, sur la maternité, ou des choses plus engagées sur les inégalités notamment mais entre l’enseignement et la vie de famille, le temps me manque !

 

Que conseillez-vous à un professeur qui voudrait faire comme vous, enseigner et illustrer ? Y a-t-il des erreurs à éviter ?

J’ai ri en voyant cette question… Je ne me considère pas suffisamment « successful » pour donner des conseils… Je dirais simplement de ne pas se décourager, de proposer son projet à différentes maisons d’éditions sans négliger les « petites ». Continuer à croire en soi et ses valeurs, et prendre de la distance avec les commentaires sur les réseaux sociaux lorsqu’ils sont négatifs et polémiques. 

 

Achetez ici "Ma vie de prof"

 

Anna Chronique sur Facebook

 

Anna Chronique sur Instagram

 

Le blog d'Anna Chronique

 

UN DESSIN D'ANNA CHRONIQUE DURANT LE CONFINEMENT


Vous êtes vous aussi professeur en cumul d'activités et avez envie d'en témoigner pour nos lecteurs ?

 

Contactez Rémi directement pour lui en faire part

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0