· 

Céline, Professeur-Documentaliste, est devenue écrivain-public


Vous avez été professeur documentaliste dans l’Education Nationale pendant 6 ans. En quoi le métier de documentaliste peut-être une évolution professionnelle intéressante pour un professeur d'une autre discipline ?

 

Pour ma part, je pense que ce métier représente une belle ouverture. Alors que le professeur de discipline est souvent seul dans sa classe, porte fermée, le documentaliste travaille dans un milieu relativement ouvert, au contact d'autres personnels, enseignants mais pas uniquement. Le CDI est un espace central de l'établissement et il est aussi tourné vers l'extérieur. Lors des projets par exemple, le documentaliste a davantage de contacts avec les intervenants extérieurs, ou avec le correspondant local pour la presse. Cela aide à prendre du recul sur l'enseignement en général. 

 

Les relations avec les élèves sont également tout à fait différentes. Au lieu d'être juge et partie, comme l'enseignant qui fait un cours puis qui évalue les copies lors d'un contrôle qu'il a construit lui-même, je pense que le documentaliste est avant tout une aide, que ce soit pour les recherches ou les devoirs disciplinaires. Dans mon cas, c'était très bénéfique car j'avais fini par détester corriger les "paquets de copie".

 

Ensuite, vous travaillez à la fois dans une association et à votre compte comme écrivain public, expliquez-nous comment cela vous a permis d'en vivre.

 

La bascule vers la création d'une entreprise personnelle a été rapide à partir de ma radiation des cadres. C'est le côté psychologique qui est plus délicat. C'est à dire qu'au début, après 17 ans dans l'éducation nationale où mon métier était très cadré et entouré, je n'étais pas prête à mener ma barque seule. Il me fallait apprendre un positionnement que je comprenais bien en théorie mais que j'avais des difficultés à mettre en place. 

 

Mon engagement dans une association m'a permis de retrouver un environnement plus "social" tandis que je développais des compétences nécessaires aux free-lances : capacité d'adaptation, aptitudes à la négociation, souplesse de rythmes, autonomie, fonctionnement par mission ou projet, suivi des contrats et des clients. Les débuts ont été très difficiles, je dois le reconnaître : il me fallait apprendre en même temps à travailler à mon compte et à gérer mon entreprise. 

 

J'ai fait beaucoup d'efforts pour surmonter mon manque de confiance en moi et j'ai profité largement de dispositifs mis en place pour les créateurs d'entreprise. J'ai pris un nombre de petits-déjeuners collectifs incroyable ! Les réseaux sociaux m'ont beaucoup aidée aussi car ils apportaient des solutions nouvelles - ou du moins des idées positives, ce qui suffisait à me maintenir à flot.

 

J'ai appris à gérer mon temps sur un plus long terme sans forcément le sentir toujours dans l'urgence comme au début, où je paniquais car je ne savais pas ce que je ferai le mois suivant ! Mon réseau professionnel s'est entièrement renouvelé - même si j'ai gardé beaucoup d'amis parmi mes anciens collègues, désormais en dehors du travail - qui parfois se demandent ce que je peux bien fabriquer dans mon nouveau métier !

 

Quels conseils donneriez-vous à un professeur qui souhaite changer de métier en quittant les élèves ?

 

Après coup, j'ai constaté combien les emplois dans l'administration sont nombreux, que ce soit la fonction publique ou territoriale. Si j'en avais eu conscience auparavant, j'aurais d'abord demandé à devenir bibliothécaire - puisque cela semble possible, c'est-à-dire que j'aurais organisé mon départ par paliers successifs. En tant qu'enseignante, j'ai eu l'occasion de travailler pour le CNED. Je pense que dans le domaine des cours particuliers, à distance, privés, etc, il existe une forte demande. Tenter d'intégrer une école alternative est également intéressant : j'ai suivi une formation en pédagogie Waldorf et je peux maintenant enseigner dans des structures scolaires privées qui travaillent sur l'épanouissement des élèves. C'est très gratifiant aussi !

 

Vous souhaitez être accompagné(e) comme Florence dans votre reconversion APRES PROF ? Contactez AIDE AUX PROFS

 



Écrire commentaire

Commentaires: 0