· 

Professeur et chargé d'innovation


CANOPE, CNED, CLEMI, DOCUMENTATION FRANCAISE... ces établissements publics proposent de nombreux postes en détachement en ingénierie de formation ou en ingénierie pédagogique et multimédia.

 

Avec Sébastien, découvrons l'un de ces emplois fort passionnants:

 

Sébastien, 36 ans - professeur d’histoire-géographie devenu

chargé d’innovation au CNED - 15 ans d’ancienneté dans l’enseignement

 

 

E
N
S
E
I
G
N
A
N
T

 

 

Motivations

 

 

 

 

 

Je suis devenu enseignant par intérêt pour l’histoire, et parce que je manquais d’informations sur les autres débouchés de cette discipline.

Comme ma mère était enseignante, je n’avais pas d’appréhension à devenir enseignant. Je pensais l’être toute ma vie au départ.

 

 

Fonctions

 

 

 

D’abord surveillant d’internat, puis professeur contractuel pendant 5 ans en classes de lycée et BTS Tourisme, j’ai réalisé un Master Professionnel en Ingénierie des Médias pour l’Education.

J’ai obtenu le Certificat d'Aptitude au Professorat de Lycée Professionnel du deuxième grade (CAPLP2), et j'ai enseigné le Français et l’Histoire-Géographie en lycée professionnel.

 

 

Compétences développées

S

Maîtrise du Français et de l’Histoire-Géographie.

Compétences en TICE : j’étais personne ressource auprès de la mission TICE académique, mais sans aucune perspective professionnelle.

 

SF

Gérer des conflits dans la classe.

Montage et séquençage des cours.

Pragmatisme en pédagogie.

SE

Savoir se remettre en question.

Etre autonome.

 

E
T

 

Déclics

J’avais envie de travailler dans le domaine des TICE.

Freins, peurs

Aucune peur du changement, mais ma mobilité se limitait au Poitou-Charentes pour des raisons familiales.

J’ai parfois ressenti des moments de découragement car le rectorat ne donne aucune piste pour une mobilité autre que dans l'enseignement.

 

Démarches

Je possédais un Master en ingénierie des médias pour l'éducation.

Aide aux Profs m'a aidé dans ma prospection de postes.

J’ai discuté avec mon chef d’établissement et mon IA-IPR qui m’ont conforté dans mon projet.

Au niveau du rectorat c’était le vide sidéral pour obtenir des informations : aucun point conseil, on est seul pour se débrouiller.

 

 

A




P




R




E




S




?

Recrutement

 

 

 

 

Je trouve un détachement au CNED sur le BOEN, j’y postule et suis recruté (nous étions 5 candidats) comme professeur responsable de conduite opérationnelle de formations.

L’horaire est de 38h30 mais je travaille au moins 45h par semaine et j’ai 51 jours de congés.

 

Fonctions

 

 

 

 

 

 

Je suis chargé de monter des dispositifs de formations en lien avec les TICE. Mon Master a été un atout essentiel.

Je suis Responsable de Formations et formateur, j’aide au montage de projets en Formation A Distance (FAD) et en TICE pour la formation des personnels et pour des publics étrangers. J’ai parfois des déplacements à l’étranger à réaliser.

Depuis 1 an j’ai changé de poste et je travaille dans l’innovation comme Chargé de mission sur plusieurs axes. Je continue de développer mes compétences, bien plus que lorsque j’étais enseignant, car la richesse d’activités est grande au CNED. Je suis chargé de détecter les nouvelles tendances et nouveaux usages pédagogiques qui pourraient être intégrés dans les formations proposées par le CNED. Je travaille en particulier sur les supports mobiles comme les smartphones et les tablettes tactiles.

Je travaille sur la réalisation d’objectifs, car le CNED est un Etablissement Public Administratif (EPA) et par certains côtés ressemble à une entreprise.

Compétences

TSF

 

Se remettre en question, innover.

Transmettre des savoirs à différents publics (ici, des adultes).

Explorer de nouvelles voies pour la pédagogie.

 

DVP

La créativité, l’autonomie.

Travail en équipe, essentiel.

Capacité à négocier (notamment avec des partenaires externes au CNED).

Regrets

Absolument aucun, j’ai le sentiment d’une étape positive indispensable dans ma construction professionnelle. Il y a une richesse d’activités qui me passionne, et je vivrais le retour devant élèves comme une régression.

 

Erreurs à éviter

C’est une erreur d’attendre, dès lors que l’envie de quitter la classe se produit, il ne faut pas repousser le projet à l’année d’après.

 

Dans la situation actuelle que j’ai connue, il ne faut attendre aucune aide de la part de l’administration, ne compter que sur soi. Je ne pense pas que ce système changera.

 

Il faut être adaptable et avoir de l’humilité lors de la prise de poste, pour faciliter l’intégration.

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0