· 

De professeur des écoles à l'agro-alimentaire


 

Jeune professeur des écoles, elle ne s'imaginait pas toute sa vie dans ce métier de moins en moins respectueux de sa vie personnelle, avec plus de 65h par semaine, alors que tant de personnes idéalisent ce métier avec ses 16 semaines de congé !

 

Il n'en est rien, lisez plutôt...

 

Karen, 33 ans - professeur des écoles devenue assistante qualité dans l’agro-alimentaire - 6 ans d’ancienneté, en disponibilité depuis 1 an

 

E
N
S
E
I
G
N
A
N
T

 

 

Motivations

 

 

 

J’ai eu une maîtrise en agro-alimentaire puis j’ai alterné plusieurs CDD dont un de 7 mois où j’étais Responsable de l’évaluation sensorielle dans une grosse entreprise. De nouveau au chômage, j’ai bénéficié d’un accompagnement vers l’emploi à l’Agence Nationale Pour l’Emploi (ANPE), puis j’ai décidé de passer le concours de Professeur des Ecoles où j’ai été admise en liste complémentaire.

 

Fonctions

 

 

 

 

Je deviens « ZIL » : rattachée à une école primaire, je m’y rends tous les matins, et j’attends qu’on me téléphone pour savoir où je dois aller remplacer, sans jamais savoir où, ni dans quel niveau de classe, dans un rayon de 40 km.

C’est très dur comme entrée dans le métier. Je n’ai bénéficié de la formation en IUFM que l’année suivante.

Ensuite, j’ai été affectée dans une école rurale pendant 3 ans, et j’ai mené différents projets avec ma classe, avant de suivre mon conjoint, muté en Bretagne.  J’ai effectué ma dernière année au sein d’une école rurale où j’étais en charge d’une classe à 3 niveaux ainsi que de la Direction de l’école.

 

 

Compétences développées

S

Une polyvalence de disciplines.

SF

Gérer un groupe, un projet en équipe. Savoir rédiger, analyser, animer des réunions, des ateliers, travailler avec des partenaires, négocier (avec les élus), gérer du matériel, un stock, gérer un budget.

SE

Relationnelles. Etre réactive, créative, adaptable.

 

E
T

 

Déclics

Mon métier de PE me faisait travailler en moyenne 65h par semaine, y compris le week-end, et une partie des congés scolaires. C’est épuisant et les moments pour la vie personnelle sont rares.

 

En Bretagne, la distance pour me rendre à l’école chaque jour (1h de route matin et soir), les 3 niveaux à enseigner ainsi que la responsabilité de la Direction ont été trop difficiles à supporter et ont fini de me convaincre de changer de métier.

 

Freins, peurs

Me reconvertir était une évidence pour moi. Mais les craintes de ne pas y parvenir, de vivre avec un seul salaire étaient omniprésentes.

 

Démarches

J’ai alors contacté la cellule d’orientation RH de l’IA. En 2008, dans la revue « La Classe », un article évoque Aide aux Profs, et je les contacte. Je réalise un pré-bilan de carrière qui me fait prendre conscience de mes compétences transférables, et ils me proposent l’adhésion pour m’accompagner dans mon projet de reconversion.

 

Le pré-bilan m’a permis de faire le point sur les aspects négatifs et positifs de mon métier, c’est une démarche à distance comparable à un bilan de compétences, comprenant aussi un bilan de personnalité.

.

A la fin de l’année scolaire 2008/2009, je suis reçue par trois professionnels de l’agro-alimentaire que j’ai prospectés, et ils sont séduits par ma motivation, ma personnalité, mon parcours de carrière. Ils me conseillent de reprendre des études proposant un stage de longue durée, utile à la réinsertion vers ces métiers.

 

 

A




P




R




E




S




?

Période de transition

 

 

Sur leurs conseils, j'ai réalisé un master professionnel avec un stage de 7 mois de fin d’études.

Fonctions

 

 

 

 

 

 

Lors du stage de fin d’études du Master, je suis devenue Chef de projet au sein d’un service Recherche et développement d’une entreprise agro-alimentaire.

Satisfaite, l’entreprise m'a proposé un emploi en CDI pour un poste d’Assistante Qualité puis je suis devenue rapidement responsable qualité.

 

Je me sens mieux dans ma vie dorénavant,  c’est une vraie satisfaction que de pouvoir séparer ma vie personnelle de ma vie professionnelle. Mon travail est également davantage reconnu.

 

J’ai maintenant de vraies perspectives d’évolution professionnelle, ça n'a jamais été le cas dans l'enseignement.

 

Compétences

TSF

 

La gestion de projet, l’adaptabilité, le sens du relationnel, les capacités rédactionnelles, le sens des responsabilités, la capacité à animer des réunions. Mon passage dans l’enseignement a été bénéfique à ces niveaux.

 

DVP

C’est encore trop tôt pour le dire.

Regrets/Décisions

 

Je ne regrette jamais ce métier d’enseignant. J'ai démissionné récemment pour être sûre de ne jamais retourner exercer ce métier.

Erreurs à éviter/Conseils

 

II faut avoir la vocation pour ce métier, il faut que ce soit un réel projet. Surtout, ne pas s’y engager par défaut, car il y a un grand décalage entre ce qu’on en dit, et la réalité.

 

Quand on enseigne, on sous-estime ses compétences, car l’EN est un univers clos, replié sur lui-même

Il faut aller voir des conseillers au Pôle Emploi, au Centre d’Information et d’Orientation (CIO), pour donner de l’existence à son projet. Il faut aussi lutter contre les avis défaitistes des collègues ou de l’entourage proche.

Il faut faire preuve d’une grande motivation, d’une forte volonté, sans jamais s’écarter de son objectif, ne pas attendre et repousser son projet. Après un certain âge et avec les contraintes familiales, c’est plus difficile.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0