Faites le point sur votre situation personnelle actuelle


Initialement, vous avez choisi de devenir professeur. Pour quelles raisons ? Ce métier se passe-t-il comme vous l'aviez imaginé ? Sinon, comment faire ?

 

Nous vous proposons quelques questionnaires ci-dessous pour faire le point de votre situation personnelle/professionnelle à cet instant "T", en toute autonomie, dans un premier temps, avant de contacter l'un des anciens professeurs devenu coach, sophrologue, psychothérapeute en fonction des difficultés que vous rencontrez.

 


A. Auto-analyse de vos valeurs "travail"


Prenez quelques feuilles au format A4 ou utilisez un logiciel de traitement de texte pour répondre à ces questions:

 

1. Votre développement professionnel :

- Qu’y a t-il en vous qui vous a conduit vers ce métier ?

 

2. Votre éthique personnelle et professionnelle :

- Quelles sont les valeurs que vous n’êtes pas prêt(e) à abandonner dans votre travail ?

 

3. Vos engagements :

- Quelle est la valeur ajoutée que vous apportez à vos élèves ? Et à vous même ?

 

4. Les atouts :

- Qu’est-ce que vous pensez à propos de vos élèves et de vos propres forces ?

 

5. Votre idéal :

- Si vous deveniez votre idéal dans votre métier, à quoi cela ressemblerait-il ?

 

6. Vos barrières :

- Qu’est ce qui vous empêche de vous rapprocher de votre idéal ?

 

 

7. Vos relations avec les autres :

- Quel type de travailleur voudriez-vous être vis-à-vis de votre travail, votre employeur, vos collègues ?


B. Fixez-vous des objectifs réalistes et motivants


Changer de mode de fonctionnement, ou décider de changer de voie, c’est vous fixer des priorités, et mettre tout en œuvre pour les accomplir. Une telle évolution suppose de travailler et d’entretenir votre motivation sur le long terme.

 

Si vous êtes actuellement en difficulté de santé, un travail thérapeutique, quelle qu’en soit la spécialité, doit précéder la mise en action de votre projet.

 

Si vous oubliez cette étape, vous risquez dans 1 à 3 ans :

- de regretter d’avoir quitté votre poste d’enseignant en passant un concours administratif ou en étant recruté en détachement, car vous n'aurez pas pris le temps d’analyser vos réelles attentes et besoins de changement.

 

- de vous tromper dans le choix de la formation pour laquelle vous aurez eu la chance d'obtenir un congé de formation indemnisé à temps plein ou mi-temps, alors qu’il est de plus en plus long et difficile d’en obtenir un.

 

- de vous trouver de nouveau en difficulté de santé dans votre nouvel emploi. Si ses difficultés provenaient de difficultés relationnelles avec votre hiérarchie, notamment, elles peuvent être amplifiées dans le nouvel emploi. L'herbe n'est pas toujours plus verte ailleurs.

 

Ne brûlez pas les étapes. Commencez par celle de votre bien-être. Qui sait, peut-être retrouverez-vous confiance dans ce métier que vous voulez quitter à tout prix aujourd'hui ?

 


C. Prenez conscience des avantages de votre statut


Un professeur en difficultés face à ses élèves peut être tenté de démissionner sur un coup de tête. Attention !

Ce n'est pas en étant en difficulté ou en mauvaise santé que vous pourrez espérer créer et développer une entreprise, qui exige beaucoup d’énergie et de motivation, ni espérer retrouver un emploi dans le privé, où les emplois précaires sont nombreux, et le seront de plus en plus avec la flexibilité introduite par le Gouvernement actuel d'Edouard Philippe.

 

Votre statut à l’Éducation Nationale est très protecteur et vous évite toute précarité pendant 5 à 10 ans au moins avec les dispositifs existants (congés de longue maladie comme CLM puis CLD - Postes adaptés comme PACD puis PALD). Rien de cela n'existe dans le privé.

 


D. Comment vous sentez-vous actuellement au travail ?


Au cours du dernier mois, à quelle fréquence vous êtes-vous senti(e) :

-       Nerveux/nerveuse ;

-       Désespéré(e) ;

-       Agité(e) ou ne tenant pas en place ;

-       Si déprimé(e) que plus rien ne pouvait vous faire sourire ;

-       Que tout était un effort ;

 

-       Bon(ne) à rien.

 

Échelle de réponse :

Jamais (0), rarement (1), parfois (2), la plupart du temps (3) ou tout le temps (4).

 

3 niveaux de détresse en découlent :

-       Score entre 0 et 4 : niveau de détresse faible

-       Score de 5 ou 6 : niveau de détresse modéré

-       Score est supérieur ou égal à 7 : niveau de détresse élevé.

 


Si vous êtes entre 0 et 4, contactez un sophrologue ou un coach de notre réseau.

 

Si vous êtes entre 5 et 6, contactez un psychothérapeute de notre réseau.

 

Si vous êtes à 7 ou plus, contactez rapidement votre médecin généraliste, qui saura vous orienter vers le spécialiste qui convient et pourra vous prescrire des médicaments adaptés.

 


E. Etes-vous stressé(e) par un manque de reconnaissance ?


Voilà un test pour évaluer vos attentes, besoins et ressentis en matière de reconnaissance au travail.

 

 

Plus les scores que vous obtiendrez à ce test seront élevés, plus cela signifie que les efforts que vous réalisez sont importants, alors que les récompenses que vous obtenez sont faibles, en comparaison de l’intensité des efforts déployés. Le calcul du rapport efforts/récompenses (après inversion du score des récompenses) s’effectue ainsi :

 

R = 11/6 x Efforts extrinsèques/récompenses

 

Un rapport supérieur à 1 indique un déséquilibre entre les efforts extrinsèques et les récompenses. Vous vous situez alors en situation de déséquilibre entre vos attentes de valorisation, et ce que vous obtenez. La reconnaissance au travail en restant professeur ne peut dans ce contexte que venir de vos élèves, une gratitude morale de votre investissement pour les faire réussir.

 

AUTO-EVALUATION A REALISER EN IMPRIMANT CE DOCUMENT

Références:

Niedhammer I, Siegrist J, Landre MF, Goldberg M, Leclerc A. Etude des qualités psychométriques de la version française du modèle du Déséquilibre Efforts/Récompenses. Revue d’Epidémiologie et de Santé Publique 2000;48:419-437 Siegrist J, Starke D, Chandola T, Godin I, Marmot M, Niedhammer I, Peter R. The measurement of effort-reward imbalance at work: European comparisons. Social Science and Medicine 2004;58:1483-1499

 


F. Quelle qualité de relations entretenez-vous avec les autres ?


Si vous rencontrez fréquemment des situations de tension avec vos élèves, ou leurs parents, ou avec certains de vos collègues que vous supportez de moins en moins, il est temps de dresser un bilan pour approfondir, peut-être, un travail sur vous-même.

 

 

Nous vous proposons de vous auto-évaluer ci-dessous à partir de l'Echelle de la Qualité des Relations Interpersonnelles (EQRI). C'est un outil composé de 5 échelles évaluant la qualité des relations interpersonnelles des personnes vis-à-vis:

- de leur famille,

- de leur partenaire amoureux (le cas échéant),

- de leurs amis,

- de leurs pairs au travail

- des autres gens en général. 

 

4 énoncés composent chaque échelle pour donner un total de 20 items.  Vous indiquerez sur une échelle de 5 points, allant de 0 («pas du tout») à 4 («extrêmement»), à quel point la relation est harmonieuse, satisfaisante, valorisante et inspire confiance.

 

La validité de l'EQRI a été testée en corrélant les scores de ses sous-échelles à ceux d'échelles de santé mentale.

 

D’une manière générale, vous avez de bonnes relations interpersonnelles et plus vous adoptez une forte estime personnelle, une satisfaction de votre vie élevée, et moins vous souffrez de symptômes et de sentiments dépressifs.

 

Pour chacun des secteurs évalués, il suffit d’effectuer la somme des énoncés (minimum = 0 ; maximum = 16). 

 

JE M'AUTO-EVALUE 

 


G. Auto-déterminez votre état de bien-être actuel.


Le bien-être est constitué par :

-          une bonne estime de soi et une évaluation positive de votre vie ;

-          de bonnes relations avec les autres ;

 

-          une sensation de maîtrise sur votre vie et son environnement ;

-          la sensation de pouvoir prendre vos propres décisions et d’être autonome ;

-          le fait de pouvoir donner un sens à votre vie ;

 

-          le fait de se sentir dans la continuité de votre développement personnel.

 

Être « bien dans son corps et dans sa tête » est synonyme d’harmonie, de joie de vivre, de bonne santé mentale, de tout ce qui permet de penser en soi que la vie mérite d’être vécue.

 

C’est à partir de cette sensation de bien-être personnel et professionnel que vous pouvez développer et soutenir sur le long terme votre motivation, et demeurer productif(ve), créatif(ve). Cette notion est complexe et multifactorielle, et son intensité varie d’un individu à l’autre, en fonction de ses traits de personnalité, et évolue tout au long de votre vie, en restant fragile, sensible à tous les imprévus qui peuvent l’affecter. 

 

Pour évaluer votre état de bien-être à un instant « T », voilà un questionnaire comprenant 18 items qui déterminent comment se sent le répondant.  Les quatorze premièresquestions se répondent sur une échelle Likert[1] (beaucoup utilisée en psychologie sociale et aussi en marketing) de 6 points (0 à 5) et les quatre dernières questions sur une échelle graduée en 10 points (0-10) pour donner un score maximum de 110. Cette échelle contient quatorze questions, dont huit mesurent le bien-être physique (1, 3, 4, 6, 9, 11, 13, 14) et six, le bien-être psychologique (2, 5, 7, 8, 10, 12). Les questions se répondent sur une échelle de 7 points variant de « fortement d'accord » à « fortement en désaccord ». Le total des items donne un indice de bien-être général.

 

J'AUTO-EVALUE MON ETAT DE BIEN-ETRE ACTUEL



[1] Rensis LIKERT (http://fr.scribd.com/doc/78417164/Echelles-d-evaluation).