Réussir son projet, comment ?


Rémi Boyer au 3e colloque d'Aide aux Profs le 15 Juin 2016, expliquait comment tout professeur peut désormais concevoir sa carrière, pour la rendre dynamique, à une époque où c'est la mobilité professionnelle tout au long de la vie qui facilite les meilleures carrières:


Le meilleur conseil d'expérience pour vous projeter vers la réussite de votre projet, lors de notre 2e colloque du 6 mai 2015, par Jean-Claude Delgènes, PDG de Technologia S.A:


Tout dépend du projet... de votre âge, des économies réalisées, de ce que les banques vous prêtent si vous créez une entreprise, et de l'énergie dont vous pouvez faire preuve.

 

Depuis 10 ans, nous avons des centaines de retours d'expérience d'enseignants ayant démissionné, après 1 an à 40 ans d'expérience. Il n'y a pas d'âge pour démissionner, c'est propre à chaque parcours professionnel, chaque histoire de vie. C'est une décision sur laquelle nous vous aidons à réfléchir en prenant en compte tous les paramètres importants:

- vos revenus et charges actuels.

- vos contraintes familiales.

- la nature de l'activité que vous projetez d'entreprendre.

- les revenus que vous espérez de cette future activité.

 

- Les enseignants qui démissionnent avant 10 ans d'ancienneté ont moins de 35 ans en général, et n'ont pas encore atteint un niveau de rémunération important (2.100,00 € bruts pour les Professeurs des écoles et les certifiés, 2.700,00 € bruts pour les agrégés) qui soit dissuasif pour un employeur du privé, tenant compte de leur expérience et de leur niveau de diplôme. Ils ont les meilleures chances de se reconvertir rapidement.

 

- Au-delà, démissionner est un pari, une prise de risque. Il faut être sûr de soi, avoir suffisamment d'économies, ou pouvoir prétendre à une Indemnité de Départ Volontaire (IDV). Créée par le Décret n°2008-368 du 17 avril 2008 (JORF du 19 avril 2008), elle est mise en oeuvre pour les agents de l'Education Nationale avec la circulaire d'application n°2009-067 du 19 mai 2009. Le Décret n°2017-105 du 27 Janvier 2017 relatif à l'exercice d'activités privées par des agents publics et certains agents contractuels de droit privé ayant cessé leurs fonctions, aux cumuls d'activités et à la commission de déontologie de la fonction publique est désormais la référence la plus récente pour créer votre activité pour les projets qui exigent une autorisation de votre hiérarchie

 

Notre expérience d'accompagnement de projets de reconversion après démission montre que les sommes ont varié de 1500,00 € à 70.000,00 € pour un projet de création d'entreprise jusqu'en 2013, et depuis 2014 se sont fortement réduites, avec une IDV de 1.500,00 € à 30.000,00 € maximum.

 

En-dessous de 10 ans d'ancienneté, la somme attribuée est laissée à l'appréciation des recteurs (1.500,00 à 3.000,00 € désormais), puisque le texte prévoit que l'IDV soit versée pour ses taux maximum entre 10 et 25 ans d'ancienneté, et en tous les cas pas à moins de 5 ans du départ en retraite. Les 70.000,00 € ont été atteints pour des agrégés hors classe en 2012. La moyenne obtenue s'établit selon nos observations, sur les 100 dernières IDV dont nous avons été informés, à 15.000,00 € (période 2014-2017), versés en 2 fois (50% lors de la démission effective, et 50% environ 6 mois plus tard désormais.

 

Depuis la décret du 19 mai 2014, le montant des IDV s'est donc réduit de moitié, les rectorats accordant au maximum les taux planchers, soit 50% de 24/12e des revenus prévus initialement par les textes. De ce fait, les IDV s'étendent de 1.500 € à 30.000 €. 

 

Parmi les enseignants qui ont bénéficié d'une IDV, elle leur a permis de développer leur entreprise dans de bonnes conditions, en les aidant à compenser la perte régulière de leur revenus pendant deux ans.

 

Au-delà de 2 ans d'activité, les activités pérennes parmi les activités de service, choix que font 90% des enseignants qui démissionnent pour créer leur entreprise, sont celles d'orthophoniste, de psychomotricien, de psychothérapeute, de psychanalyste, de coach, de masseur de bien-être, de réflexologue plantaire, de soutien scolaire.

 

- Les enseignants qui ont créé une librairie la ferment au bout de 2 à 3 ans (car il faut songer au coût du pas de porte), ceux qui pensaient pouvoir vivre de l'activité d'écrivain public font face à une concurrence importante, et diversifient alors leur activité comme biographe, photographe, et comme formateurs. ou consultants.

 

- Les enseignants qui ouvrent un commerce doivent d'abord se former aux techniques de vente, et se faire accepter dans une profession où la charge de travail et les horaires sont épuisants.

 

- Les enseignants qui créent leur agence de voyages sont rares mais s'en sortent, car la demande est forte. Il est important de parler couramment au moins 2 langues étrangères et d'être mobile géographiquement.

 

- Ceux qui exercent leur passion (photographe, peintre, sculpteur...) gagnent  à peine le revenu minimum mais s'en sortent les premières années avec les minima sociaux.

 

- Ceux qui ont créé une activité de chambre d'hôtes ou de gîtes doivent la compléter par des activités de formateur, de soutien scolaire. Il est inutile pour gérer des chambres d'hôtes ou des gîtes de demander une autorisation de cumul d'emploi à votre administration, car cela concerne la libre gestion de votre patrimoine personnel. Inutile aussi de démissionner pour exercer cette activité, surtout si vous devez emprunter pour acheter les gîtes. Attendez d'abord d'en vivre...

 

- Ceux qui ont intégré des réseaux de vente à domicile (produits bio, produits fantaisie, lingerie, livres, etc)  s'en sortent plus ou moins bien, selon le degré d'investissement qui leur a été demandé au départ. Attention aux arnaques en ce domaine, renseignez-vous bien sur le réseau que vous intégrez ! Notre association met en contact ses adhérents avec d'anciens professeurs qui travaillent dans ce secteur.

 

Dans la majorité des cas, les enseignants qui ont créé leur entreprise découvrent la lourdeur des charges qui grèvent leur chiffre d'affaires, et vivent au moins les premières années l'appréhension des fins de mois où leurs ventes ont été moins importantes que les mois précédents. Plus l'enseignant avait d'ancienneté, moins ce type de reconversion est aisé, en raison des habitudes qu'il a prises avec un revenu mensuel garanti. Pour les personnes en couple, mieux vaut se lancer quand le conjoint est fonctionnaire, un salaire garanti tous les mois, c'est important pour sécuriser un projet de reconversion.

 

Les enseignants qui ont choisi de reprendre une formation, que ce soit un CAP d'électricien, un BEP horticole, ou un Master RH ou d'ingenierie en formation, s'en sortent mieux, car leur reconversion s'inscrit dans le développement d'une entreprise privée, qui les recrute sur une fonction, dans laquelle ils peuvent progresser. Nous ne constatons pas d'échec depuis 11 ans sur ces reconversions comme salarié dans le privé.

 

Alors, est-il intéressant de démissionner ?

Notre association étudie votre projet de manière personnalisée pour vous permettre de faire le bon choix, en tenant compte de toutes vos contraintes, et en valorisant vos atouts. Notre objectif est de vous éviter une trop grande précipitation, pour que cette évolution professionnelle soit vraiment source de bien-être personnel.

 

N'hésitez pas à nous contacter sur ce site, nous étudions chaque demande avec la plus grande attention, dès lors que le formulaire de contact est complété de manière exhaustive.