Co-Activ 20, pour être actifs ensemble en 2020 !


Depuis plusieurs semaines, toutes les actualités, quel que soit le média que l'on décide de lire, d'écouter, de regarder, ne parlent que de cela: le coronavirus. 

 

Tout devient anxiogène, et chaque jour qui passe voit augmenter le nombre de cas de personnes contaminées, testées, affectées, soignées à l'hôpital, parfois décédées dans d'atroces souffrances, sans souvent que leurs proches aient pu leur faire le moindre au revoir dans leur souffrance.

 

Les personnels soignants sont au front et se dépensent sans compter pour sauver des vies, sauver nos vies, pendant que nous sommes confinés, impuissants. Des centaines de milliers d'entreprises, petites ou grandes, sont affectées économiquement, et c'est le spectre d'un chômage croissant qui renaît, lorsque finira cette catastrophe humanitaire planétaire.

 

Tous les métiers de service public sont affectés, et parfois critiqués. Policiers, gendarmes, soignants de tous métiers, pompiers, personnels de justice, professeurs dont certains disent qu'ils ne travaillent pas pendant ce confinement, alors qu'au contraire tous se donnent sans compter pour inventer le mieux possible la continuité pédagogique pour soutenir la motivation de leurs élèves, ce qui pour certains qui ont 18 classes de 25 à 30 élèves en collège (Education Musicale, Arts Plastiques, ...) n'est pas évident.

 

Co-Activ 20, c'est mûrir l'espoir que cette lutte mondiale du 21e siècle contre un ennemi invisible réussisse en 2020, c'est mûrir l'espoir que l'être humain soit victorieux face à ce qui menace la démographie, l'économie, et les équilibres géopolitiques.

 

Co-Activ 20, c'est réfléchir ensemble à tous les dysfonctionnements que nous observons tous dans cette crise que traversent nos sociétés.

 

Co-Activ 20 vous aidera à réfléchir pour créer une activité qui pourrait devenir un cumul ou un objectif d'évolution via une disponibilité ou une démission, selon vos objectifs personnels.

 

A compter de Lundi 30 mars, nous évoquerons toutes les possibilités d'activité porteuses que nous avons identifiées, pour vous changer les idées, vous permettre durant ce temps de confinement de ne pas laisser votre cerveau être uniquement mobilisé sur ce qui lui est le plus nocif: les mauvaises nouvelles.

 

Avec Co-Activ 20, ayons confiance en un avenir meilleur, positif, constructif. L'avenir de ce 21e siècle dépendra de chacun de nous, survivants de cette terrible pandémie.


1re idée de changement après le coronavirus : le modèle des Ehpad protège-t-il vraiment les personnes âgées ?


La crise du coronavirus montre que même les Ehpad n'étaient pas suffisamment préparés, et malgré le coût élevé de prise en charge d'une personne âgée dans les Ehpad de la région parisienne (de 3.000 à 5.000,00 €/mois/personne prise en charge), plus de 150 Ehpad sur 700 ont eu des décès du fait du coronavirus parmi leurs pensionnaires, avec des Ehpad insuffisamment dotés de masques et de gants et de gel hydroalcoolique pour les personnels soignants et les pensionnaires.

 

Beaucoup d'Ehpad sont construits et entretenus par de grands groupes cotés en Bourse, et il y a lieu de se demander si, au 21e siècle, la vieillesse doit faire partie des actions cotées en Bourse, et si l'on peut vraiment continuer d'accepter de faire du profit sur les personnes âgées, avec des dividendes versés aux actionnaires.

 

Peut-on continuer d'accepter que des économies soient faites sur les protections urinaires des personnes, et sur la durée des soins, sur l'hygiène des personnes âgées que nous aimons ?

 

Plusieurs ouvrages sont parus récemment sur ce scandale en mars 2019 et en mai 2019 

 

Un autre modèle de prise en charge des personnes âgées pourrait se développer pour éviter cette promiscuité de centaines de personnes âgées en un lieu semi-médicalisé dans certains cas, pour éviter de telles hécatombes.

 

Si tous ceux qui investissent dans des gîtes ruraux, les consacrent à l'accueil d'une à plusieurs personnes âgées, un autre modèle d'accueil plus convivial des personnes âgées peut se réaliser. Un modèle de proximité, dans un cadre presque familial, avec une autre qualité de vie, puisque au lieu d'être placée aussitôt en fauteuil roulant sans personne pour sortir la personne âgée, le loueur en gîte pourrait ajouter des prestations de service comme aider la personne âgée à garder l'habitude de la marche et lui faire faire des activités adaptées à son âge. Avec un coût moindre que ce que prennent les Ehpad, pour une qualité de services plus importante.

 

Ce que les familles sont prêtes à payer en région parisienne tous les mois pourrait constituer un salaire pour un loueur de gîtes attentionné. Des centaines de milliers d'emplois pourraient ainsi être créés, voire des compléments de retraite garantissant le maintien d'un bon niveau de vie.

 

Il y a peut-être des pistes à explorer, n'oublions pas qu'en 2050 il devrait y avoir plus de 40% de personnes de plus de 60 ans en France. Ne laissons pas aux seuls grands groupes cotés en Bourse le soin de s'occuper des personnes âgées, puisque malgré un coût important, ils ne sont pas en mesure de garantir la sécurité sanitaire de leurs pensionnaires.

 

2.028  personnes âgées mortes en Ehpad au 04.04.2020

 

Plus de 66% des 3.000 Ehpad ont signalé au moins un cas de Covid19 au 03.04.2020

 

CREER SON GITE RURAL

 

CREER ET LABELLISER SON GITE RURAL

 


2e idée de changement après le Coronavirus: l'usine invisible, ou la fabrication de masques


L'usine invisible, c'est l'aventure qu'a vécu Gwen SUANEZ, ancienne professeur de Géographie devenue couturière, et qui a répondu à l'appel de la région Brétagne pour fabriquer bénévolement plus de 70.000 masques en tissu avec d'autres bénévoles.

Pendant quelques semaines, toute la population a été appelée à se procurer des masques, certains les fabriquant eux-mêmes, et des entreprises ont pu naître et d'autres se trouver un autre débouché commercial.

Nous avions oublié que de telles pandémies pouvaient survenir dans nos vies respectives, et que les virus font partie des risques auxquels les êtres humains sont exposés, au même titre que les nombreux risques naturels et technologiques, et les risques routiers, alimentaires, médicaux, etc.

 

Cette période de coronavirus ne laissera pas notre génération indemne et conduira certainement de nombreuses personnes à acheter des réserves de masques "au cas où",  et à changer son mode de vie, son rapport à l'environnement.

 

De nombreux métiers, de nombreux besoins, vont naître de cette période de confinement puis de déconfinement, et c'est en étant très attentif à ce qui se passe sur le web, dans l'actualité, et en réfléchissant à ce dont vous avez le plus manqué, que vous pouvez, vous, vous demander, quelle pourrait être votre apport créatif, pour un projet personnel dont vous pourriez faire une activité indépendante, en cumul d'activité ou à plein temps, en disponibilité ou via une rupture conventionnelle.

 

L'USINE INVISIBLE

 

La Seconde Carrière de Gwen SUANEZ


3e idée de changement après le Coronavirus: et si je me mettais au vert ? Le retour à la Nature ?


Permaculture, woofing, potager bio...beaucoup de citadins confinés dans un appartement devenu très étroit pendant le coronavirus ont revu tous leurs schémas de vie. 

 

PLUS JAMAIS CA !!!

 

Désormais les appartements auront moins la cote, les appartements plein Nord ou sans soleil, les appartements sans terrasse vont voir leur cote baisser, là où les maisons seront plus recherchées, de préférence à la campagne ou dans un lieu de vie plus agréable que celui d'une grande ville.

 

Les prix immobiliers sont très accessibles dans de nombreuses régions rurales délaissées ces 20 dernières années et de très belles demeures peuvent être dénichées pour le prix d'un F2 à Paris ou d'un F3 dans de nombreux grandes villes.

 

Ce retour à la Nature peut être aussi l'occasion de vous découvrir l'âme d'un agent immobilier et de changer de vie ?

 

Souhaitez-vous en parler ?

 


4e idée de changement après le Coronavirus: penser à mon bien-être personnel. Priorité à ma santé.


Le Gouvernement a confiné l'ensemble de la population en osant prendre des mesures vigoureuses et parfois impopulaires (interdiction d'aller sur les plages et les sentiers de randonnée, amendes pour défaut d'attestation de circulation, etc) pour éviter le pire au niveau sanitaire.

 

Cette crise du Coronavirus, dans notre pays où le manque de masques réellement protecteurs était flagrant, nous a tous montré que nous n'étions pas prêts collectivement à un tel choc, et que la mémoire de telles conditions de circulation en France avait disparu des mémoires, puisque ceux qui ont vécu la 2nd Guerre Mondiale de 1939-1945 et s'en souviennent parce qu'ils avaient au moins 5 à 10 ans, disparaissent peu à peu.

 

Cette crise nous a montré, chacun, notre degré d'adaptation aux imprévus, et nous a permis de faire une PAUSE dans notre vie, professionnellement et personnellement. Mais parfois cette pause s'est transformée en enfer quotidien pour les parents séparés ou célibataires avec des enfants à charge, qu'il fallait occuper, et suivre dans leur travail scolaire à distance, en perdant parfois patience. Et durant cette crise, un nombre indéchiffrable de femmes, majoritairement, ont souffert de leur conjoint peu sympathique, parfois violent.

 

Alors que tirer de cette crise, pour soi-même et pour l'avenir ?

 

C'est le moment d'approfondir mon questionnement à l'aide d'un conseiller en évolution professionnelle, pour me projeter vers l'Avenir avec un grand A.

 

Surtout si les conditions sanitaires dans lesquelles l'Ecole a repris ne me conviennent pas, car elles me stressent au quotidien, avec l'incertitude d'avoir attrapé ou non le coronavirus au travail.