Ces revues ont évoqué notre activité


L'hebdomadaire Le Point n°2227 du 14 mai 2015 a évoqué l'action de Rémi Boyer au pilotage d'Aide aux Profs et notre 2e colloque du 6 mai 2015 en page 53.

Nous avons aussi aidé la journaliste à constituer son dossier par des chiffres récents et des témoignages. Le Point a une diffusion de plus de 400.000 ex, sans compter le web, et l'avantage de cette revue est qu'elle reste plusieurs années dans les salles d'attente des médecins.


 La revue Le Cercle Psy de mars-avril-mai 2015 consacre plusieurs pages à notre association en recueillant l'expertise de Rémi Boyer sur la typologie des situations de souffrance qui conduit des enseignants à quitter de plus en plus tôt leur métier. Le burnout, en particulier, est en progression chez les jeunes enseignants, un phénomène qui trouve sa source dans la compression des effectifs des années 2002-2007, complété par le développement de techniques anxiogènes de management.


Femme Actuelle a donné la parole à Aide aux Profs dans son n°1562 du 1er septembre à destination de ses 3 888 000 lectrices (en moyenne), soit 1 femme sur 7 en France


Dans sa revue n°1562 du 1er au 7 septembre 2014, Femme Actuelle consacre un dossier exclusif aux professeurs le jour de la rentrée scolaire, en publiant quatre témoignages d'enseignants, et l'avis de notre expert en mobilité professionnelle, Rémi Boyer, sur les raisons qui conduisent de plus en plus d'enseignants à envisager de quitter un métier qu'ils imaginaient quelques années auparavant exercer toute leur vie.

Un grand merci à Sophie DJOUDER pour l'intérêt de Femme Actuelle pour notre activité. Près de 70% des enseignants qui contactent Aide aux Profs sont des enseignantes, notamment du Primaire (plus de 50%) et du collèges (40%), le lycée étant peu représenté (les élèves y sont moins turbulents qu'au collège...). Les enseignantes du Primaire sont les plus exposées au sentiment de s'être trompé de métier, car cumulent bien souvent leur activité de mère et de salariée à plein temps dans l'indifférence générale pour cette double charge de travail quotidienne, qui conduit chaque année plusieurs milliers d'entre elles vers des situations de burnout.

Femme actuelle est le N°1 des magazines féminins payants en France sans discontinuer depuis plus de 25 ans.

Femme actuelle est le féminin payant le plus lu en France.

Chaque semaine 805 353 ex.vendus et 3 888 000 lectrices (1 femme sur 7).

Femme actuelle est aujourd’hui la 1ère marque de presse avec 15 millions de français en contact tous les mois (Brand global – One 2012/2013).

Audience Print 3,7 millions de femmes (13,8% des femmes)

Audience web 3 453 000 VU

Audience marque:

15,9 millions de personnes

10,5 millions de femmes

 


Le magazine Liaisons n°99 d'avril 2014 de la CASDEN informe plus d'un million de personnes, majoritairement enseignantes, de l'action d'Aide aux Profs

 

Dans un article Est-il normal de nommer les jeunes enseignants en ZEP du magazine LIAISONS que la CASDEN envoie à plus d’un million de ses sociétaires est évoqué l’action d’Aide aux Profs, ainsi que l’ouvrage Souffrir d’enseigner…Faut-il rester ou partir ? Que Rémi Boyer et José-Mario Horenstein ont publié début octobre 2013 aux éditions Memogrames pour interpeller les pouvoirs publics sur la souffrance grandissante des enseignants au travail.

 

La CASDEN regroupe une majorité d’enseignants, et nous les remercions de cette diffusion qui nous permet de mieux faire connaître aux enseignants de toute la France l’existence de notre association, dont l’Education Nationale n’informe toujours pas les enseignants sur son portail mobilité…qui fut pourtant l’une des principales préconisations formulées par Rémi Boyer à Josette Théophile lors de sa première rencontre avec elle en avril 2010.

 

TELECHARGER LE MAGAZINE LIAISONS D'AVRIL 2014

 

CONSULTER LE SOMMAIRE

 

POUR SE PROCURER L'OUVRAGE


Le magazine Marianne n°885 du 4 au 10 avril 2014 évoque largement l'action d'Aide aux Profs dans son dossier : Ces profs qui abandonnent le Mammouth

 

Page 58 du magazine Marianne du 4 avril 2014, près de la moitié de la page est consacrée à l'action d'Aide aux Profs et à notre 3e guide pratique, Souffrir d'enseigner...Faut-il rester ou partir ? publié en co-édition par Memogrames et Aide aux Profs début octobre 2013. De nombreux médias l'ont depuis évoqué. Le Ministre Benoît HAMON en a été destinataire le 8 avril 2014, Aide aux Profs ayant décidé de l'interpeller sur la souffrance des enseignants, et l'importance de leur proposer une meilleure flexibilité dans leur mobilité tout au long de l'année, et des perspectives de carrière plus intéressantes qu'actuellement.

 

La REVUE MARIANNE

 


La revue Résonances se fait l'écho auprès des enseignants francophones du Valais Suisse de l'ouvrage Souffrir d'enseigner... Faut-il rester ou partir ?

 

Avec l'aimable soutien de Nadia REVAZ, qui coordonne la production des mensuels de l'Ecole valaisanne (Suisse), la revue Résonances, l'ouvrage Souffrir d'enseigner...Faut-il rester ou partir ? a été présenté dans le mensuel d'avril 2014. Il avait déjà été cité dans ce mensuel en février 2014.

 

Résonances

 


Dans le bulletin n°141 de mars 2014 de l'AFAE consacré au thème Les entreprises et l'Ecole, Daniel AUVERLOT, IGEN et Président de cette association de hauts fonctionnaires de l'Education Nationale, a présenté dans les ouvrages recommandés l'ouvrage Souffrir d'enseigner...Faut-il rester ou partir ? à ses 2500 adhérents et abonnés.

 

Aide aux Profs remercie Daniel AUVERLOT et le comité de rédaction de la revue de l'AFAE de cette recension que nous reproduisons ci-dessous:

 

Disons-le tout de suite, ce livre est tout à fait passionnant et devrait être le livre de chevet de tout DGRH en académie, mais aussi de la centrale. Ecrit par Rémi BOYER, qui a créé un dispositif associatif sur les secondes carrières des enseignants, et par Jean Mario HORENSTEIN, médecin psychiatre à la MGEN, il repose sur un aller-et-retour entre des témoignages d'enseignants des analyses théoriques, et des conseils de toute nature. 6000 enseignants depuis 2006 (*), parce qu'ils en connaissaient l'existence, se sont tournés vers le dispositif de Rémi BOYER. Combien sont-ils en réalité à "souffrir d'enseigner..."?

 

Tout part d'un malentendu souvent entre la représentation que l'on a du métier et la réalité de la classe. En effet la motivation pour entrer dans le métier repose beaucoup sur des idées toutes faites et les auteurs distinguent cinq motivations principales : aider les autres, suivre la tradition familiale, gagner sa vie, s'inscrire dans la continuité des études universitaires, changer de vie après un premier parcours dans le privé.

 

Même si la plupart des enseignants s'épanouissent dans leur métier, même s'ils ont passé les concours parfois par défaut, un pourcentage non négligeable d'entre eux s'aperçoit s'être trompé dans son choix, ou rencontre petit à petit des difficultés qui conduisent à s'interroger sur les orientations de carrière. Le livre propose une typologie tout à fait intéressante des difficultés rencontrées par les enseignants au travail : affectation non désirée, quotidien de la classe éloigné d'un idéal personnel, manque de formation et de méthodes, difficulté à s'insérer dans le collectif, relations avec les parents compliquée, relations hiérarchiques ressenties comme problématiques, manque de valorisation professionnelle, pénibilité du métier au fur et à mesure que l'âge s'avance, relations très difficiles avec les collègues, violences de toute nature heureusement pour une très grande minorité. Et puis aussi les problèmes de santé qui provoquent l'angoisse et la culpabilisation, la répercussion de soucis personnels sur le travail, qui peut être source de découragement...

 

Quelles stratégies déployer pour tenter de remédier au mal être? Mais aussi quels dispositifs institutionnels d'aide aux enseignants? Quelles stratégies de prévention pour enrayer un mal-être se développant ? Et aussi quel accompagnement à tous les niveaux de la hiérarchie par le supérieur immédiat ?

 

L'institution a-t-elle bien intégré que chacun, à un moment de sa carrière, peut être confronté à des difficultés pour des raisons diverses, et, ce jour-là, a besoin d'être accompagné momentanément ou dans la durée ?

 

Il reste une interrogation : Rémi BOYER a créé un dispositif sur l'accompagnement des professeurs souhaitant se reconvertir, avec tour le succès qu'on lui connaît.

 

Pourquoi le ministère n'a-t-il pas sur ce sujet une véritable politique ambitieuse et volontariste d'aide et d'accompagnement? Avec l'allongement des carrières, ce sujet ne pourra pas rester longtemps considéré comme accessoire. Même si les auteurs n'ont pu en chiffrer le coût, la souffrance d'enseigner mériterait bien une politique de prévention, d'accompagnement et de réorientation de carrière à la hauteur des enjeux que ce livre décrit.

 

(*) Aide aux Profs signale que depuis la rédaction de ce 3e guide pratique, nous avons eu 1000 contacts d'enseignants de toute la France en plus

 

Site de l'AFAE


Educateur, revue depuis 150 ans du Syndicat des Enseignants Romands (Suisse), a informé le 21 février 2014 ses adhérents de la parution de l'ouvrage Souffrir d'enseigner...

 

La revue l'Educateur a fêté des 150 ans d'existence en Suisse romande.

 

L’ Educateur a été créé en 1864. Il est édité 11 fois par an (plus un numéro spécial) à 11 500 exemplaires par le Syndicat des enseignants romands (SER), organisme qui regroupe les associations cantonales d’enseignants:

 

- la Société Pédagogique Vaudoise (SPV)

- la Société Pédagogique Genevoise (SPG)

- le Syndicat Autonome des Enseignants Neuchâtelois (SAEN)

- le Syndicat des Enseignants Jurassiens (SEJ)

- la Société des Enseignants du Jura Bernois (SEJB)

- la Société Pédagogique Fribourgeoise Francophone (SPFF)

- l’Association des Maître/sse/s du Cycle d’Orientation Fribourgeois Francophones (AMCOFF)

- l'Association Valaisanne des Enseignants du Cycle d’Orientation (AVECO)

- la Société Pédagogique Valaisanne (SPVAL)

 

 LIRE LA RECENSION DE ETIENNETTE VELLAS parue dans LE N°2 DU 21 FEVRIER 2014 DE EDUCATEUR

 

LE SITE DE LA REVUE EDUCATEUR

 

LE SITE DES SYNDICATS DES ENSEIGNANTS ROMANDS

 

EN 2014-2015, LA SUISSE ROMANDE VA DEVOIR RECRUTER DES ENSEIGNANTS, EN NOMBRE INSUFFISANT ACTUELLEMENT. Les salaires des enseignants en Suisse sont le double de ceux des enseignants français, en début comme en fin de carrière.

 

Comment devenir enseignant en Suisse romande ? Quel est leur temps de travail ? Et leurs salaires ?

 

- Formation et conditions de travail des enseignants en Suisse romande (mars 2006)

 

- Les salaires des enseignants en Suisse en 2012 d'après les comparaisons de l'OCDE


L'ESSOR évoque Souffrir d'enseigner dans son supplément de l'hebdomadaire n°3510 dédié à l'Enseignement et l'apprentissage du 31.01.2014

 

L'ESSOR est diffusé sur les départements de la Loire, de l'Isère et du Rhône. Ils publient ce mois-ci un supplément à leur hebdomadaire du 31.01.2014, consacré à l'enseignement et à l'apprentissage, un guide de 240 pages au format 12 x 10 cm.

 

Outre un article sur Souffrir d'enseigner de Rémi Boyer et José Mario Horenstein, on trouve de nombreux autres témoignages de personnalités évoquant les enseignants qui les ont marqués durant leurs études, une interview de Madame Françoise Moulin-Civil (rectrice de Lyon), une interview de Madame Monique Lesko (DASEN de l'Isère), un article sur le rapport de la Cour des Comptes de mai 2013, des articles sur les grands chantiers de l'enseignement secondaire et supérieur, et un annuaire des lycées et formations pour adultes dans ces trois départements.

 

Ce guide est destiné à un usage de longue durée pour ses lecteurs.

 

Aide aux Profs remercie chaleureusement la journaliste Marine Graille pour cette recension de notre guide pratique.

-

 


L’Express du 22 Janvier 2014 évoque l’action d’Aide aux Profs et l’ouvrage Souffrir d’enseigner dans un dossier de 16 pages sur le burnout au travail

 

Le burnout ou épuisement professionnel au travail est l’un des fléaux de ce début de 21e siècle. Des employeurs de plus en plus exigeants, un environnement économique difficile qui les conduit à chercher quelles économies réaliser tous azimuts, sans avoir anticipé les conséquences dramatiques à moyen terme sur la santé de leurs salariés : ce tableau suffit à lui seul à résumer le dossier de 16 pages que consacre l’hebdomadaire l’Express du 22 janvier 2014 au burnout auquel nous avons été invités à contribuer.

 

Le burnout est un long processus insidieux qui affecte en général les personnes les plus investies au travail, les plus consciencieuses, ce qui les fragilise encore plus. Il suffit de peu alors pour faire déborder le vase et conduire les victimes de ce processus à l'arrêt brutal avec congé maladie sur une longue durée, affectant alors la bonne marche d'une entreprise qui a manqué de clairvoyance sur ses méthodes de travail : des problèmes personnels, un manager trop exigeant, pas assez à l'écoute de ses équipes, ou au comportement caractériel, une politique de réduction des effectifs de plus en plus contraignante, etc.

 

7 à 10% des salariés seraient concernés d’après différentes études, le travail compulsif atteignant plus de 40% des agriculteurs, 33% des artisans commerçants et chefs d’entreprise et 25% des cadres, 29% de ces derniers réalisant un travail excessif.

 

Le burnout semble facilité par la montée de la porosité entre le temps sur le lieu de travail et le temps personnel en raison de la multiplication des outils numériques. Dans un environnement de plus en plus exigeant, avec des responsables de service fonctionnant par injonctions sans négociation possible avec les agents qu’ils dirigent, leur adressant des mails ou des appels téléphoniques à tout moment, même en-dehors des heures de travail ou le week-end, les travailleurs les plus investis ou qui ont des responsabilités ont de moins en moins d’occasions de faire la coupure entre le professionnel et le personnel.

 

Le phénomène d’épuisement professionnel pénalise lourdement ceux qui en sont les victimes sur le moyen terme, après une à plusieurs années à un rythme peu respecteux de leur personne: accidents cérébraux, cardio-vasculaires, dépressions nerveuses, pulsions suicidaires…le dossier que réalise le magazine l’Express dénonce un vaste gâchis en matière de Gestion des Ressources Humaines, car le burnout touche souvent d’excellents professionnels motivés, consciencieux, enthousiastes, créatifs, ambitieux.

 

APPEL DE TECHNOLOGIA pour que le burnout soit reconnu comme maladie professionnelle

 

L'article sur la version web de l'Express

 

Souffrir d'enseigner: commander l'ouvrage

 

Des personnes qui ont du mal à admettre leurs faiblesses, qui ne se plaignent pas, sauf quand leur corps commence à souffrir et qu’elles se rendent compte qu’elles n’en peuvent plus. C’est déjà trop tard, le mal est fait, et un burnout entraîne au moins six mois d’arrêt maladie pour la personne qui en est victime et souhaite s’en sortir, se réparer de cette violence physique et psychique au travail.

 

Aide aux Profs, citée en page 45 de l'Express du 22 janvier 2014 dans un article intitulé LES PROFS, VICTIMES IDEALES, a pu témoigner que 10 à 20% des 1200 à 1500 professeurs qui nous contactent chaque année déclarent être dans cet état d’épuisement professionnel, et de plus en plus de jeunes enseignants, une preuve de plus pour que la formation mise en place pour la rentrée 2014 dans les ESPE soit à la hauteur des attentes : favoriser la qualité de vie au travail !


Le Monde s'intéresse à Souffrir d'enseigner...Faut-il rester ou partir ?  Dans la Lettre de l'Education n°790 du 11 novembre 2013.

 

Aide aux Profs a co-édité cet ouvrage avec les éditions Memogrames et en est l'un des diffuseurs sur toute la France.

 

Vous pouvez contribuer à soutenir notre  association en nous le commandant directement.


Le n°170 de novembre 2013 ce syndicat informe ses adhérents de la parution de : Souffrir d'enseigner...Faut-il rester ou partir ?


Le bulletin trimestriel n°138 de juin 2013 l'AFAE, consacré à la GRH de proximité, comprend un article de Rémi BOYER sur la GPRH dans les EPLE.


En cette pré-rentrée 2012, le 2e syndicat des enseignants en France, de la maternelle au Lycée, présent dans tous les corps d’enseignants du 1er et du 2nd degré, avec des élus dans tous les départements, et des représentants dans toutes les académies, a décidé de soutenir l’action d’Aide aux Profs en diffusant à la grande majorité de ses adhérents l’existence du 2e guide pratique de Rémi Boyer, Enseignants et mobilité professionnelle. Conseils et outils pour choisir la vôtre, dont le 1er tirage en 2011 s’est rapidement épuisé, l’ouvrage fluctuant depuis janvier 2012 dans le top 100 des meilleures ventes d'ouvrages en Pédagogie et sciences de l’Education sur le réseau des FNAC en France.

 

L’ouvrage a été signalé aux rentrées 2012 et 2013 dans les brochures catégorielles suivantes :

 

-Guide PLP en page 29 ;

-Guide EPS en page 29 ;

-Guide PLC en page 29 ;

-Guide PE en page 29 ;

 

-Guide CPE en page 31.


Les Cahiers Pédagogiques ont évoqué en juin 2012 l'action que nous menons pour diffuser l'état réel de la souffrance des enseignants au travail.


La revue Enseignement Catholique n°348 d'avril-mai 2012 évoque l'action d'Aide aux Profs.


Les dossiers n°220 et n°222 d'avril 2012 de la Revue L'Educateur Chrétien évoquent Aide aux Profs.


Ce syndicat, dans le n°152 de sa revue syndicale L'Enseignant de janvier 2012, présente à ses adhérents : Enseignants et mobilité professionnelle.

 


 

L'EXPRESS évoque le travail d'Aide aux Profs dans son n°3152 (du 30 novembre au 6 décembre 2011) et sur le web.


L’invité du n°206 de novembre 2011 de Profession Education, a été Rémi Boyer.

 


Le Nouvel Observateur n°2453 présente l'activité d'Aide aux Profs dans sa rubrique Entreprendre (édition du 10 au 16 novembre 2011).

 

Le Nouvel Observateur, c'est un tirage de plus de 600 000 exemplaires, vendu partout en France, et l'hebdomadaire d'information le plus lu.


Aide aux Profs interviewée pour l'Essor le 2 septembre 2011, diffusé sur toute la Région Rhône-Alpes

 

Seconde source géographique de nos contacts, la région Rhône-Alpes vient d'être irriguée par la publication de l'Essor (50 000 lecteurs), qui a consacré un dossier sur le malaise des enseignants, une problématique récurrente.


Les Cahiers Pédagogiques évoquent notre 3e conférence sur les secondes carrières des enseignants dans leur numéro 487 en mars 2011.


L'OCCE présente en mars-avril 2011 notre action dans le n°221 de sa revue Animation et Education.


Le n°265 de Valeurs Mutualistes de mars-avril 2010 de la MGEN évoque Aide aux Profs

 

La revue de la MGEN, Valeurs Mutualistes, a réalisé pages 30-31 du numéro 265 de mars/avril 2010 un article sur l'association Aide aux Profs et sur le livre "Enseignant et après ?" paru aux éditions Les Savoirs Inédits, juxtaposé à l'interview de l'ancienne DGRH de l'Education nationale, Josette Théophile.

 

Le magazine "Valeurs mutualistes" est le lien privilégié entre la MGEN et ses adhérents, en majorité des personnels éducatifs. Avec plus de 1,8 million d'exemplaires, il est le n°1 de la presse spécialisée en France métropolitaine. Grâce à cet article, la majorité des enseignants de France a été informée de notre existence.

 


Education Magazine a réalisé le 19 mai 2010 l'interview de Rémi Boyer.


L’Association Française des Administrateurs de l’Education (AFAE), a diffusé un article de Rémi Boyer en juin 2008 en décembre 2008.

161 pages sont consacrées au thème : Enseignant : un métier en mutation. L’article de Rémi Boyer s’étend des pages 145 à 151 et s’intitule : Secondes carrières : une démarche de remotivation ? Rémi Boyer y a dressé la synthèse du processus d’accompagnement à distance qu’il a conçu – et qui a pris pour lieu d’expérimentation l’association qu’il a créée dans ce but, Aidoprofs- afin de permettre à des enseignants de réaliser leur mobilité professionnelle hors enseignement.


En mai 2008, le N°1618 du Journal Des Instituteurs publie une interview d’Aidoprofs réalisée par Agnès Ceccaldi.


En mai 2008, le n° 1100 d’Education Enfantine publie une interview d’Aidoprofs réalisée par Agnès Ceccaldi.