· 

Quelles sont les difficultés du conseil en évolution professionnelle pour professeurs ?


A priori tout conseiller en évolution professionnelle peut être attiré par le conseil en évolution professionnelle pour professeurs, en devenant référent de proximité ou conseiller en mobilité.

 

Toutefois, comme nous le dit Alain BOUVIER, ancien Recteur, qui vient de publier ses très intéressants "Propos iconoclastes", il est contre-productif pour l'Education nationale de recruter des professionnels qui ne seront pas libres de proposer aux professeurs tout ce qu'ils auraient été en mesure de proposer s'ils avaient été libres, à leur compte.

 

Le conseil en mobilité pour professeurs réalisé au sein de l'Institution, piloté par les autorités locales (inspections académiques et rectorats) se heurte aux besoins de l'Education nationale en professeurs.

 

Nous avons des milliers de retours de bilans de compétences réalisés par des conseillers mobilité en académie, qui se terminent par une liste limitée de possibilités d'évolution de type "vous feriez un excellent chef d'établissement", "vous pourriez devenir inspecteur...", "mais pourquoi ne changeriez-vous pas de discipline d'enseignement ?".

 

L'Education nationale manque de professeurs dans toutes les disciplines, elle a beaucoup de mal à les recruter et à les garder longtemps, le taux d'abandon est en pleine croissance dans les plus grandes académies comme Versailles et Créteil qui absorbent chaque année les 2/3 des lauréats des concours.

 

Le conseil en mobilité dans l'Education nationale se heurte aussi aux nécessités de service, une technique RH qui manque totalement de souplesse, et garde de plus en plus les titulaires véritablement prisonniers de leur métier.

 

La GRH de proximité est donc une technique de RH in extremis, en pleine croissance des effectifs partant en retraite, pour éviter que trop de professeurs aient l'idée de partir. 

 

Nous préconisons d'attendre les décrets de la loi DUSSOPT pour expérimenter ce métier d'abord comme contractuel pour avoir la chance de pouvoir choisir votre département d'exercice et même l'établissement dans lequel vous avez envie d'enseigner, puisque le manque de professeurs sera tel, à un moment, qu'il vous sera devenu possible de refuser un poste pour demander une affectation précise, et négocier votre salaire, voire vos primes. Nul doute que dans certaines disciplines, cela sera plus facile, comme pour les Mathématiques.

 

En expérimentant ce métier comme contractuel, l'Education nationale ne pourra pas vous bloquer par une nécessité de service, et vous pourrez donc réaliser votre mobilité tout au long de l'année en cassant votre contrat, tout simplement, pour pouvoir saisir une autre opportunité qui vous intéresse plus. Grâce à la loi DUSSOPT à partir de janvier 2020, une vraie flexibilité va naître pour tous ceux qui n'auront pas décidé de devenir fonctionnaires par concours. Eux se retrouveront bloqués par les nécessités de service, prisonniers de leur statut.

 

Pour un salarié du privé, l'échelle de certifié définit les bornes du revenu mensuel qu'il est possible de négocier au niveau de la classe normale. Un décret est paru en 2016 sur cet aspect.

 

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0