· 

La GRH de proximité et ses dessous: opération vérité


Depuis plus de 20 ans le mode de management est de plus en plus autoritaire à l'Education nationale, c'est toute une génération de personnels d'encadrement auquel a été donné un trop puissant pouvoir de sanction des professeurs, auxquels ils mènent la vie dure.

 

Depuis début 2018 est apparue la GRH de proximité. Beaucoup d'académies depuis affirment "nous complétons ce qui existait déjà" ou alors des Dasen sont devenus des "Dasen de proximité", et des DRH des "DRH de proximité", etc. On en voit le résultat dans l'académie de Versailles...

 

Mais qu'est-ce qui change, sinon de créer un métier qui n'est pas accessible par concours, le référent de proximité, conçu uniquement pour aller dans le sens des politiques publiques de réduire le nombre de fonctionnaires pour construire une fonction publique de contractuels ?

 

Bien que le message venu du ministre soit uniforme "une GRH plus humaine", "une administration plus proche des personnes", chaque académie fait comme elle l'entend.

 

 

 

Nous remarquons que malgré les discours d'auto-satisfaction des recteurs et des Dasen qui disent avoir mis en place la feuille de route du Ministre, perdurent les blocages et les problèmes:

 

- toutes les académies invoquent des "nécessités de service" systématiquement pour refuser des demandes de démission avec ou sans IDV, des demandes de disponibilité, de détachement, de temps partiel, de mi-temps, de mutation, de congés de formation professionnelle

 

- les personnels en congé de longue maladie sont trop nombreux pour le peu de postes adaptés disponibles, c'est un manque de moyens

 

- le compteur d'heures de DIF/CPF des professeurs est un miroir aux alouettes, on le leur a refusé massivement depuis que l'Education nationale en 2010 leur a accordé le DIF, virtuellement

 

- un inspecteur, un attaché, un chef d'établissement trop autoritaire n'est jamais sanctionné. Pire: il monte en grade !

 

- les tribunaux administratifs sont engorgés de plaintes de professeurs contre les harcèlements hiérarchiques, face à une hiérarchie habituée à "couper tout ce qui dépasse", et ce qui dérange, surtout, les hiérarques de la rue de Grenelle

 

- les professeurs des écoles sont souvent bloqués dans leurs demandes de mutation, particulièrement dans les départements de l'académie de Versailles et de Créteil, là où les professeurs ont le plus le sentiment de souffrir, avec un pouvoir d'achat en berne face à la cherté des loyers, des transports, de l'énergie, de l'alimentaire.

 

Alors, la GRH de proximité est peut-être un miracle dans une administration qui a manqué d'humanisme depuis 20 ans, mais elle ne règle rien au problème de tous ces personnels d'encadrement qui ont maltraité des centaines de milliers de professeurs dans leurs demandes multiples et variées depuis plus de 20 ans.

 

Avant de créer la GRH de proximité, aucun audit des personnels toxiques dans les académies ne semble avoir été fait, les anciens cadres restent en place, inamovibles, et il serait étonnant qu'un personnel d'encadrement autrefois persécuteur de professeurs, devienne Référent de proximité ! 

 

Quelle formation en psychologie pour ces référents qui seront contactés par des personnes en souffrance ? Rien n'est dit sur le sujet. Tout est réglé de manière trop administrative. Le métier de l'écoute n'est pas à la portée de n'importe quel candidat, sous prétexte d'obtenir une prime...

 

De notre point de vue, un vrai dispositif de GRH de proximité aurait:

 

- remplacé tous les chefs de division et les DRH, par principe de précaution, en nommant de nouvelles personnes

- recruté des psychologues cliniciens et du travail, véritables professionnels de l'écoute

- recruté des coachs, véritables professionnels de la motivation et de l'aide en développement personnel

- supprimé de la loi du 13 juillet 1983 les fameuses "nécessités de service" qui permettent aux services RH de ne pas se fatiguer à chercher une solution pour arranger le professeur

- mis fin au fonctions de tous les chefs d'établissement et inspecteurs qui se sont illustrés pour des faits de harcèlement, d'autoritarisme, etc, au lieu de continuer de les soutenir et de ne faire que les déplacer pour transférer le problème qu'ils représentent, ailleurs

 

Le référent de proximité est une fonction de politique opportuniste. Ce n'est pas un corps pérenne, accessible par concours. Donc la GRH de proximité risque d'être de courte durée.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0