· 

Les suicides médiatisés dans l'Education nationale


Septembre 2019 est un mois noir pour l'Education nationale: déjà 4 suicides et 1 tentative de suicide ont été médiatisés. Soit presque l'équivalent des 12 mois de l'année 2018-2019 !

 

Jusqu'où ira cette hécatombe ?

Est-ce lié aux réformes ou à un hasard de circonstances ?

 

Que peut la GRH de proximité face à un mode de management qui ne veut pas changer ? La plupart des professeurs qui se suicident laissent des courriers où pêle-mêle apparaissent les injonctions, les pressions, la hiérarchie, toujours rigide dans sa manière de manager.

 

Il ne se passe pas un mois sans que des agressions de professeurs soient médiatisées également, pas une semaine sans que l'on parle de la difficulté d'enseigner, tandis que la GRH de proximité, tant promise, paraît si impuissante, si atone.

 

Il faudrait :

- un psychologue par établissement scolaire pour les adultes comme pour les enfants.

- une équipe de sécurité par établissement scolaire sensible pour protéger les professeurs.

- un médecin du travail par groupe de communes et non par département pour faire face aux besoins.

- des postes adaptés en bien plus grand nombre pour faire face à la pénibilité du travail, qui ne va cesser de s'accentuer avec la réforme des retraites qui se profile en 2020, puisque les professeurs devraient encore prolonger leur carrière jusqu'à 64 ans.

- cesser d'utiliser à tout va les "nécessités de service" qui en démoralisent plus d'un(e) dans ses projets personnels et professionnels.

 

Mais les moyens manquent, la volonté fait défaut, le management ne se remet pas en cause. Les professeurs, c'est bien connu, n'ont que des "problèmes personnels".

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0