· 

La GRH de proximité va-t-elle convaincre les professeurs ?


L'Education nationale sait juste assurer une Gestion des Effectifs, qu'elle a nommé Gestion des Ressources Humaines depuis plus de 20 ans, mais il n'y a rien d'humaniste là-dedans.

 

Partout, la souffrance des professeurs est cachée tant bien que mal sous un grand tapis, partout les outils de GRH se résument aux nécessités de services qui privent les professeurs une fois devenus titulaires du droit élémentaire à disposer d'eux-mêmes: refus de temps partiel, de mi-temps, de disponibilité pour convenances personnelles, pour congé de formation professionnelle (de 5 à 14 ans d'attente selon les académies en France, un vrai scandale en terme d'égalité de traitement avec les salariés du secteur privé), et même pour partir en détachement ou pour démissionner.

 

Que va pouvoir réaliser la GRH de proximité sans toucher d'un poil aux puissants pouvoirs locaux des IEN, des IA-IPR, des chefs d'établissement, qui lorsqu'ils commettent des erreurs de GRH envers un ou plusieurs agents, sont rarement désavoués par leur hiérarchie ?

 

La GRH de proximité, quand des professeurs appellent au secours comme cette directrice d'école de Seine-Saint-Denis jusqu'à s'en suicider, c'est loin d'être gagné.

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0