· 

A quel âge les professeurs prennent-ils leur retraite ?


Les professeurs qui partent en retraite en 2017 et encore actuellement ont pour leur grande majorité commencé leur carrière vers 22 ans, au moment où il suffisait d'une licence et d'un Capes pour enseigner, tandis que les instituteurs bénéficiaient du système des IPES.

 

En 2017, l'âge moyen de départ en retraite se situe entre 61 et 62 ans pour les professeurs de collège et de lycée, et aux alentours de 55-57 ans pour les professeurs des écoles. (pp.302-303 de ce document)

 

Mais ce temps là est révolu pour les générations à venir, puisqu'elles arrivent dans l'enseignement vers 24 à 27 ans, après un Master 2, un à plusieurs échecs successifs aux concours, ce qui les portera vers une retraite à taux plein aux alentours des 68-71 ans, donc une situation intenable physiquement et psychologiquement, dans 44 ans.

 

L'Education nationale, plutôt que d'anticiper les fins de carrière pénible, préfère actuellement s'en remettre aux promesses de la Loi Dussopt qui fera monter les professeurs contractuels dans les effectifs, ce qui devrait d'après notre analyse faire du métier de professeur un métier exercé par des jeunes, avant de grandes réorientations vers 40-45 ans vers d'autres métiers moins épuisants émotionnellement et psychologiquement.

 

La Cessation Progressive d'Activité ayant été supprimée en 2011 les professeurs épuisés n'ont plus que la solution d'amputer leur pension civile des 5 dernières années ( 5 x 5% de décote) s'ils veulent partir plus tôt en retraite. Les professeurs des écoles seront les plus grands perdants dans les années qui viennent, puisque leurs primes sont très faibles en regard des professeurs de collège et de lycée, et leur progression indiciaire tend à être plus lente.

 

Pis: plus des 2/3 des professeurs des écoles après 50 ans souffrent de Troubles Musculo-Squelettiques (cf enquêtes de George Fotinos pour la Mgen), ce qui les conduit à sacrifier leur future pension pour sauvegarder leur santé à l'approche de la retraite.

 

Si le futur professeur d'aujourd'hui n'anticipe pas, il va se trouver dans cette situation très paradoxale: avoir poussé très loin ses études, jusqu'à un Master 2, qui ne vaut pas grand chose en dehors de l'enseignement, pour se retrouver 4 ans plus tard avec un revenu de l'ordre de 1500 à 2000 € bruts/mois, soit 50% bruts de son dernier salaire, s'il part avec cette décote de 25%.

 

Ce qui montre que le métier de professeur devient un métier de futurs précaires lors de la retraite, et qu'il est très important d'anticiper tout au long de sa vie par des placements immobiliers et mobiliers, en devenant d'abord propriétaire de sa résidence principale, pour éviter cette forte rétrogradation de pouvoir d'achat à la retraite.

 

Une place en maison de retraite coûtant entre 1800,00 € et 3500,00 € en 2019 selon les structures et les régions, un professeur avec sa pension n'aura pas de quoi la financer, s'il est célibataire... Il y a fort à parier que les banques inventeront alors un système d'hypothèque sur la résidence principale, s'il est propriétaire, pour lui reprendre en fin de vie le peu qu'il avait réussi à économiser...


Écrire commentaire

Commentaires: 0