· 

Loi Blanquer, le retour à la IIIe République ?


Le Ministre actuel de l'Education nationale nomme essentiellement des juristes à tous les postes clés, comme si l'objectif, pour créer les conditions de l'Ecole de la Confiance, était en fait de revenir à une organisation quasi militaire comme sous la IIIe République, ou l'instituteur était un citoyen qui n'avait pas le droit de faire grève, d'exprimer une opinion personnelle.

 

Le devoir d'exemplarité exigé dans cette loi fait peser une épée de Damoclès au-dessus de la tête de tous les professeurs qui s'expriment sur les réseaux sociaux et sur leurs blogs. 

 

Quelle expression de la démocratie demain sur Internet, en France ?

 

Sous la IIIe République avait été défini ce qu'était le "bon professeur".

 

Avec l'article 1 exigeant "l'exemplarité" du fonctionnaire, il semble que tout soit fait dans les mots pour refroidir les candidats aux concours d'enseignants, afin de faire monter en effectifs les contractuels, qui, eux, ne seront pas assujettis bien longtemps aux exigences de la nouvelle loi, puisqu'ils pourront, a contrario des fonctionnaires souvent bloqués par des nécessités de service, partir quand ils le souhaitent, dans la région où ils souhaitent vivre, à tout moment de l'année en cassant leur contrat, en négociant leur salaire puisque partout en France dans toutes les académies, on manquera de professeurs.

 

La réforme du Ministre Jean-Michel Blanquer, si elle se réfère aux exigences que l'institution a eu envers ses instituteurs, ne pourra pas reconstituer la main mise de la hiérarchie sur les professeurs, car la GRH de l'Education nationale du XXIe siècle fait face à un mouvement massif de départs en retraite, et à des vocations de plus en plus fugaces, volatiles, de devenir professeur, avec des générations, qui, pour des carrières de plus en plus longues, ne sont plus prêtes à accepter de se laisser infantiliser comme leurs aînés passés dans la carrière.

 

La réforme Blanquer marche donc "sur des oeufs". Les syndicats sont déjà en train d'en préparer l'omelette.

 

Instituteur sous la IIIe République

 

Professeur sous la Ve République avec la Loi Blanquer

 

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0