· 

Passer le concours ou être contractuel ?


Professeur va-t-il devenir une profession encore plus féminisée, ou un retour à l'équilibre va-t-il s'effectuer lors de la conjonction de mise en application de la loi Blanquer sur la réforme du concours d'accès au métier de professeur, et la loi de transformation de la fonction publique ?

 

Le placement de l'écrit en fin de L3 et de l'oral d'admission en fin de M2 est une excellente nouvelle, car cela permet d'étaler sur 2 ans la formation des futurs professeurs, et ainsi de redonner ses lettres de noblesse à la qualification d'un métier qui en a tant perdu. Cela réduira le nombre de professeurs en burn-out, jusqu'ici surchargés par leur concours et leur mémoire la même année, sans compter tout ce que leur imposaient les conseillers pédagogiques et les inspecteurs, notamment pour les professeurs des écoles. 

 

Cette nouvelle réforme va s'accompagner d'une transformation majeure (enfin!) : les professeurs des INSPE devront désormais continuer d'enseigner en école, collège ou lycée au moins à mi-temps, alors que depuis les IUFM leur était reproché, à raison, d'être complètement déconnectés de la réalité du terrain pour beaucoup, n'enseignant plus, et n'offrant donc plus une formation correspondant aux réalités du terrain.

 

La contrepartie de l'étalement de la formation des futurs professeurs, sera le recrutement plus important de professeurs contractuels. Restera-t-il encore des candidats aux concours ?

 

Après Prof pense que ce double système va permettre progressivement, au fur et à mesure des départs massifs en retraite de ces 25 prochaines années, d'instaurer le contrat de courte et moyenne durée comme la norme pour les professeurs, car beaucoup préféreront expérimenter ce métier quelques années, plutôt que de s'y engager pour la vie, étant donné le peu d'avantages, la rémunération et primes insuffisantes, et des perspectives de mobilité bien faibles en regard de ce qu'un diplômé de Master 2 peut espérer ailleurs.

 

Le turn-over va pouvoir commencer: les syndicats freinent des deux pieds, ils n'y sont pas du tout préparés, car cela signifiera la décroissance et la volatilité de leurs adhérents et donc de leur électorat.

 

Loi Blanquer

 

Un Master MEEF remanié

 

 

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0