· 

Elle a presque tout dit des raisons qui la poussent à partir...


Nous sommes contactés par de plus en plus de professeurs des écoles qui en ont ras-le-bol de la manière dont les IEN et les DASEN les considèrent, et les gèrent.

 

Est-ce un effet de la politique actuelle, qui allège les effectifs en CP et CE2 et surcharge ailleurs ?

 

Ce professeur des écoles au bout de 7 ans, a déjà fait le tour du métier dont elle rêvait petite. Le mode de management de l'Education nationale, qui ne cesse de se durcir depuis 20 ans, l'a fait atterrir brutalement.

 

Pourquoi étiez-vous devenu enseignante ?

 

Je suis devenue enseignante car j'ai toujours aimé le contact avec les enfants, surtout les petits.

De plus, très jeune, j'ai eu envie de transmettre ce que je savais : il était fréquent que j'aide mes amis à réviser au collège et au lycée. Ensuite, j'ai donné des cours de soutien scolaire et ça m'a beaucoup plu.

En me lançant dans le métier, je pensais réellement pouvoir aider les enfants en difficulté, leur transmettre ma passion pour la littérature, l'anglais, la danse... mais j'ai vite été rattrapée par la réalité du métier. 

 

Pourquoi souhaitez-vous maintenant quitter l'Education Nationale ? 

 

 

Voici les raisons qui me poussent à quitter l'éducation nationale :

 

- pression hiérarchique très forte - invisible mais omniprésente ! 

- infantilisation des enseignants

- sentiment de ne jamais faire assez bien

- sentiment d'inutilité, de ne pas pouvoir aider les élèves qui en ont vraiment besoin.

- stress occasionné par les changements de postes

- classes surchargées

- élèves de plus en plus agités et insolents, mais intouchables

- accueil d'élèves avec des troubles du comportement sans AVS

- succession des réformes avec tout à refaire à chaque fois (livrets de compétences etc...)

- en maternelle, l'observation et l'évaluation doivent être permanentes, alors quand enseigne-t-on ?

- épuisement physique et moral