· 

Pourquoi 40% des professeurs envisagent de changer de métier ?

Les conditions de travail dans le métier de professeur ne cessent de se dégrader depuis une vingtaine d'années, à tous points de vue.

 

Le métier de professeur n'attire plus !

 

Pire: plus de 68% des professeurs du 2nd degré envisagent de faire autre chose !

 

Et de plus en plus de salariés y pensent aussi. 44 ans dans le même emploi ?

 

COMMENT REAGIT L'EDUCATION NATIONALE ?

 

Elle multiplie les nécessités de service !

Elle empêche les professeurs de la quitter...

 

Si ton DASEN ou le DRH de ton académie t'a refusé ta disponibilité, ton temps partiel, ton mi-temps, ton détachement en cours d'année scolaire, voire même ta démission, tu comprends maintenant pourquoi !

 

Et ça n'est pas prêt de s'arrêter, ça va durer plus de 25 ans, pendant lesquels les professeurs seront trois fois plus nombreux que dans les 25 années précédentes à partir en retraite !

 

Le ministère de l'Education nationale, confrontée à la plus grave crise démographique de son histoire, n'a pas d'autre solution que d'accroître considérablement dans les prochaines années les recrutements de contractuels qui n'auront pas à attendre "d'avoir les points nécessaires" pour réaliser leur mutation dans leur région d'origine, puisqu'ils y seront déjà, et que les propositions de recrutement dans leur discipline vont se bousculer !

 

ALORS POURQUOI LES TITULAIRES VEULENT-ILS CHANGER DE METIER ?

 

1. Le comportement des élèves, la multiplication des incivilités.

=> L'Education nationale s'est arrangée pour les minimiser, puisque les personnels de direction chargés de les signaler craignent qu'en en faisant trop remonter, ils perdent leurs primes et leur avancement !

 

2. Les réactions des parents d'élèves.

=>Notre société est devenue de plus en plus revendicative, critique, agressive...et les professeurs en font les frais. Et dans la majorité des cas ils ne sont pas soutenus par leur hiérarchie. Qui les lâche au moment où ils auraient le plus besoin d'elle, eux qui s'investissent tant pour leurs élèves, parfois avec une vocation depuis tous jeunes !

 

3. L'accumulation des tâches annexes, administratives et de plus en plus numériques.

=> Pronote, Parcoursup, P@irformance... les applications numériques alourdissent le travail du professeur, dont le métier a considérablement changé ces 10 dernières années, à tel point qu'une génération de professeurs a eu du mal à suivre et se retrouve en souffrance au travail ! Compléter les bulletins de notes sur Pronote, répondre aux courriels des parents d'élèves, créer des exercices interactifs pour ses élèves, des podcasts pour illustrer son cours, utiliser un TBI ou un TNI, acheter soi-même les logiciels nécesssaires pour diversifier ses pratiques pédagogiques...c'est sans fin, et cela vient alourdir la charge de travail hebdomadaire, sans que le salaire suive !

 

Et récemment, la première priorité du gouvernement a été de geler les PPCR, de rétablir le jour de carence, bref, de rogner le pouvoir d'achat des professeurs. Tout ça pour ça ?

 

4. La préparation des cours de ta discipline dans les différents niveaux

=> De plus en plus de jeunes professeurs sont affectés sur des postes instables, ça s'appelle Brigade ZIL dans le 1er degré, et TRB, et tu attends le coup de téléphone dans ton école de rattachement pour savoir où tu iras travailler aujourd'hui, à 10 km avec un peu de chance, et peut-être à 80 km de là... Bref tu dépenses près de 30% de ta paie dans ta voiture et ton essence, et en fin de mois, tu attends impatiemment le remboursement de ton forfait kilométrique par l'académie ! 

 

=>De plus en plus de professeurs sont affectés dans différents établissements, collège et lycée, dans le 2nd degré, et ont 3 à 6 niveaux de classes, leur quotidien devient ingérable avec un minimum de 60h par semaine de travail en début de carrière, le temps d'arriver à concevoir toute une batterie de cours, en cotoyant des collègues qui ne veulent surtout pas leur donner leurs propres préparations, ce serait tellement sacrilège d'aider un jeune !

 

5. La correction des copies de tes classes

 

Plus tu as de classes et d'élèves, plus ta charge de copies s'alourdit, c'est logique. Il est très important de faire du sport à côté et aussi de la sophrologie pour tenir le coup. Evite de t'énerver avec tes élèves et de leur lancer un "interro écrite" à la veille de ces congés que tu as tant attendus, car c'est le meilleur moyen de les gâcher !

 

6. Le fonctionnement de la chaîne hiérarchique.

=> Alors là tu ne t'y attendais pas, hein ? Tu pensais que ton inspecteur allait valoriser tes efforts ? Eh bien tu as tout faux. Il ou elle est là pour te critiquer et te dire tout au long de ta vie quelle que soit ton expérience que tu peux "faire mieux", toujours mieux. Et à chaque changement d'inspecteur, tu peux voir ta note stagner, ce n'est pas parce que le précédent t'appréciait qu'il en sera de même pour son successeur ! C'est très déstabilisant !

 

=>Tu as eu un problème avec un parent d'élève qui a préféré téléphoner à ton chef d'établissement pour expliquer de son point de vue comment les choses se sont passées ? Eh bien là tu découvres la solidarité de ton chef d'établissement envers toi. Les parents auront dans ce système hiérarchique toujours raison, rappelle-toi ça, le principal ou le proviseur pour éviter les problèmes avec eux, te donnera tort le plus souvent possible. Après, débrouille-toi pour arriver à vivre sereinement avec ça...

 

7. L'image du métier de professeur dans les médias

=> Tu as fait ce métier par vocation tu en rêvais depuis tout(e) petit(e) ? Tu as été sevré(e) à la série télévisée de "L'instit" ? Eh bien atterris, c'est encore temps, car ton beau rêve est en train de faire un gros plouffff ! 

 

=>Les médias sont attirés par le négatif. Ils vont donc relayer massivement ce qui intéresse naturellement de qui accroche instantanément ton cerveau: le NEGATIF ! Plus ça saigne, mieux c'est. Plus les professeurs souffrent, plus chaque média veut regarder son histoire, du moment que ça fait vendre du papier !

 

C'est "humain": c'est notre société, notre modèle ! Peut-on changer ça ? 

 

Il semble que si tu décides de mettre fin à ce que tu ressens comme une agression quotidienne de tes valeurs, de ta sensibilité, si tu ne te retrouves plus dans ce métier, ce sera plus facile de changer de métier, de changer de route !

 

 

APRES PROF peut t'aider à envisager les choses autrement, à réfléchir, ou te donner des pistes de réflexion, voire t'orienter vers des partenaires sérieux, qui t'aideront à donner vie à ton projet, à avancer vers ton rêve d'épanouissement et de valorisation au travail !

 

Tu peux utiliser ton réseau social préféré ci-dessous pour partager cet article si tu le souhaites. Diffuse APRES PROF à tes collègues professeurs, et si tu es écolier, collégien ou lycéen, parles-en à ton prof en classe si tu trouves qu'il est en souffrance au travail !